• Accueil
  • > 33ème RIMa
  • > EU RICHTER, les forces armées intégrées à un exercice européen et interministériel de secours de grande ampleur

EU RICHTER, les forces armées intégrées à un exercice européen et interministériel de secours de grande ampleur

27 03 2017

EU RICHTER, les forces armées intégrées à un exercice européen et interministériel de secours de grande ampleur dans 33ème RIMa 2017_mfdf_022_e_002_020

Du 21 au 25 mars 2017, 460 militaires d’active et de réserve des forces armées aux Antilles (FAA) ainsi que 80 militaires des forces armées en Guyane (FAG) et 90 militaires des régiments du service militaire adapté (RSMA) de Martinique et de Guadeloupe participent à un entraînement opérationnel européen, interministériel et interarmées baptisé EU RICHTER.

2017_MFDF_022_C_003_006Le Ministère de l’Intérieur (Direction générale de la Sécurité civile et de la gestion de crise – DGSCGC –) et l’Union européenne (ECHO – service d’aide humanitaire et de protection civile de la Commission européenne) ont organisé, en lien avec les préfectures des Antilles, cet exercice d’ampleur qui a permis d’entraîner les acteurs locaux de sécurité civile à faire face aux conséquences d’un séisme majeur ayant déclenché ensuite un tsunami.

2017_MFDF_022_C_002_055Intégrée au dispositif général, la manœuvre militaire conduite par les FAA avait deux objectifs majeurs : tester la résilience des unités des forces armées aux Antilles, de leur personnel et de leur famille durant la première phase de jeu puis entraîner les FAA, et certaines unités qui lui sont opérationnellement rattachées, à conduire le déploiement et l’intervention de moyens militaires en Martinique, en Guadeloupe et à Saint-Martin, en coordination avec l’État-major interministériel de la zone Antilles (EMIZA) dans le cadre d’une intervention d’urgence demandée par la Préfecture après une catastrophe naturelle. Cet exercice a permis également d’éprouver les capacités des FAA à intégrer des renforts en provenance des forces armées en Guyane.

Durant cinq jours, les missions dévolues aux FAA ont été multiples et se répartissent en cinq phases : la résilience, l’évaluation initiale, les opérations de secours, la phase de stabilisation et reconstruction et enfin le désengagement des forces. Durant chacune de ces phases, les moyens engagés et les missions ont été adaptées dans la plus grande réactivité.

2017_mfdf_022_e_002_004-150x150 dans BaTraL Dumont d'Urville21 mars 2017, un séisme de 8.5 sur l’échelle de Richter se produit au nord-est des petites Antilles. Les départements français d’Amérique (DFA) sont fortement touchés par cette catastrophe naturelle suivie d’un tsunami qui balaye l’ensemble des îles, provoquant de nombreux dégâts sur les côtes exposées. Tout en assurant leur propre résilience, les FAA sont sollicitées pour renforcer les éléments locaux de la sécurité civile, et apporter leur concours au déploiement européen venu en soutien d’urgence. Une fois le séisme et le tsunami passé, les forces armées sont passées à une phase d’évaluation initiale et de préparation du matériel et des effectifs projetables, en mesure d’intervenir sur demande de concours ou de réquisition de la Préfecture de zone de Défense. Une section du 33e régiment d’infanterie de marine (RIMa) et leurs véhicules, deux sections du régiment du service militaire adapté (RSMA) de Martinique, ainsi que du matériel de secours du service départemental d’incendie et de secours (SDIS) 972 ont embarqué à bord du bâtiment de transport léger (BATRAL) Dumont d’Urville de la Marine nationale afin de constituer une réserve d’intervention opérationnelle embarquée (RIOE) de quatre-vingt militaires. Sur son transit, le Dumont d’Urville a effectué le 22 mars un plageage à Rivière-Sens afin d’embarquer une section supplémentaire du 33e RIMa, actuellement déployée pour une mission de souveraineté en Guadeloupe, afin de renforcer la RIOE qui sera déployée à Saint-Martin pour l’intervention des forces armées en soutien des acteurs de la sécurité civile dans les îles du Nord. En parallèle, le poste de commandement interarmées (PCIA) des FAA est monté en puissance pour assurer le commandement de l’ensemble des opérations militaires de la zone. Dès le 21 mars au soir, les premiers renforts militaires sont arrivés en provenance de Guyane. Une section du 9e RIMa est venue renforcer le 33e RIMa en Martinique après projection par avion de transport tactique CASA de l’armée de l’Air des FAG.

2017_MFDF_022_B_004_155Le 22 mars 2017, les FAA sont entrées dans une phase d’évaluation en déployant ses équipes de reconnaissance et de renseignement (ERR) sur la Martinique et la Guadeloupe. « Les ERR ont un rôle-clé, pour le commandement militaire comme pour la Préfecture » précise le colonel Thierry Provendier, chef de corps du 33e RIMa. En liaison étroite avec les collectivités, la gendarmerie et les organismes de l’Etat, les missions des ERR sont de renseigner le commandement militaire et le Préfet sur la nature et l’ampleur des problèmes ; de préciser les besoins d’intervention ; de rétablir des liaisons ; de participer à l’ouverture d’itinéraire ; de rechercher, dégager et évacuer des victimes et enfin de guider les secours. Ils disposent, pour l’exécution de leurs missions, de véhicules tout-terrain, de moyens de déblaiement légers (tronçonneuses, pelles…) et de moyens de communication autonomes. Pour assurer une parfaite coordination et intégration de l’action militaire dans le dispositif général, des officiers de liaison militaires sont insérés au sein des centres d’opération départemental (COD) des Préfectures de Martinique, Guadeloupe et Saint-Martin et Saint-Barthélemy, ainsi que du centre d’opération de zone (COZ) situé à la Préfecture de Fort-de-France. Les renforts européens de la sécurité civile commencent à arriver sur les différents sites d’intervention. Les forces armées leur apportent un soutien logistique opérationnel par transport de fret intra et inter-îles, mais également en les hébergeant au sein du camp Dugommier en Guadeloupe.

2017_MFDF_022_D_004_004Le 23 mars 2017, tout en poursuivant la gestion des urgences, les autorités civiles orientent leurs efforts vers la gestion des nombreux décédés, le rétablissement de l’offre de soin au profit des blessés, la gestion à moyen et long terme des sans-abris, le maintien de l’ordre public et l’expertise des bâtiments endommagés. Deux sections de déblaiement évacuation (SDE) des régiments du service militaire adapté (RSMA) de Martinique et de Guadeloupe sont engagées sous commandement opérationnel de la sécurité civile dans les opérations de secours et de recherche de personnes ensevelies sous des bâtiments effondrés. En Martinique, sur le morne Desaix, un bâtiment de logements militaires s’est fictivement effondré et nécessite le déploiement d’urgence d’un camp d’hébergement au profit d’une vingtaine de militaires. Le groupement de soutien de la base de Défense (GSBdD) des Antilles déploie alors plusieurs tentes, une vingtaine de lits picots, des douches et sanitaires de campagne pour assurer la mission de relogement temporaire. Les FAA poursuivent leurs missions de reconnaissance et de dégagement d’itinéraires sur les trois territoires (Martinique, Guadeloupe et Saint-Martin). La cartographie de la praticabilité des axes principaux est réalisée à 50% en fin de journée. Les coupures par abattis, glissement de terrain et ponts détruits ont été localisées et reportées aux autorités civiles. Les forces armées contribuent parallèlement au transport de fret et au soutien logistique opérationnel des éléments déployés par la sécurité civile, en provenance des Antilles mais également de métropole et d’Europe. En Guadeloupe, le camp militaire de Dugommier accueille ainsi le centre des opérations (CO) et la zone vie des équipes de la sécurité civile en provenance de Martinique, de Guadeloupe et de métropole dont les marins-pompiers de Marseille et des pompiers de Paris, ainsi que des équipes belges et luxembourgeoises avec notamment leur bulle de transmission permettant de faire le relai entre le CO et les équipes déployées sur le terrain pour les opérations de secours.

2017_MFDF_022_B_006_106Le 24 mars 2017, en plus de leurs missions de renseignement et de soutien aux opérations de secours, les FAA sont réquisitionnées pour conduire des opérations de sécurisation de sites sensibles définis par la Préfecture tels que les aéroports, ainsi que des zones d’engagement de la protection civile en Guadeloupe et en Martinique. Ces missions sont réalisées en complément et en coordination avec les forces de sécurité intérieure. Le déclenchement de l’échelon national d’urgence (ENU) permet de renforcer le dispositif des FAA de deux compagnies PROTERRE, permettant ainsi la régénération de nos forces en effectuant des relèves sur position afin de reposer le personnel après 4 jours d’engagement dans des conditions difficiles. Les opérations de désengagement des FAA vont se dérouler du 24 mars 2017 en fin de journée jusqu’au 26 mars 2017 au matin.

Pour les FAA, EU RICHTER s’inscrivait dans le cadre de leur préparation opérationnelle visant à faire face à une catastrophe naturelle dans la zone en apportant leur concours aux opérations de secours d’urgence et concernait de fait l’ensemble des unités des FAA et certaines unités qui lui sont opérationnellement rattachées comme les RSMA.

Les forces armées aux Antilles garantissent la protection du territoire national et animent la coopération régionale depuis les départements de la Martinique et de la Guadeloupe. Elles constituent un dispositif interarmées à dominante aéromaritime de premier plan sur le Théâtre Antilles-Guyane, en coordination avec les forces armées en Guyane. Aux Antilles, les forces armées assurent des missions de souveraineté et de coopération régionale, et conduisent trois missions spécifiques : l’action de l’Etat en mer, sous l’autorité du délégué du Gouvernement pour l’action de l’Etat en mer afin de combattre efficacement le narcotrafic en mer et de coordonner la mise en œuvre des plans d’urgence en mer ; le secours aux populations en cas de catastrophes naturelles ou de situations humanitaires graves dans la zone ; la participation à une opération militaire dans un environnement national ou multinational comme à une évacuation de ressortissants.

EFFECTIFS ET MOYENS DÉPLOYÉS des armées durant l’exercice EU RICHTER

Environ 630 militaires et civils des FAA, des RSMA Martinique et Guadeloupe et des forces armées en Guyane (FAG) répartis comme suit :

˃ Plus de 460 militaires d’active et de réserve des FAA sont engagés avec :
1 bâtiment de transport léger (BATRAL) Dumont d’Urville
1 hélicoptère Alouette III
En Martinique :
1 poste de commandement interarmées (PCIA) et 1 poste de commandement « base arrière » terrestre armé par le 33e RIMa au Fort Desaix
1 compagnie de combat armée par le 33e RIMa des FAA et le 9e RIMa des FAG, ainsi qu’un groupe de la compagnie de réserve du 33e RIMa, pour armer 1 module d’intervention légère (MIL) et 2 équipes de reconnaissance et de renseignement (ERR)
3 véhicules légers tout-terrain P4, 2 véhicules tactiques GBC 180, 4 camions de transport tactique TRM 2000
En Guadeloupe :
1 compagnie de combat armée par le 33e RIMa ainsi qu’un groupe de la compagnie de réserve du 33e RIMa, sous les ordres du commandant du RSMA de Guadeloupe
1 véhicule léger tout-terrain P4, 2 véhicules tactiques GBC 180
A Saint-Martin :
1 poste de commandement tactique, armé par le 33e RIMa
1 module de soutien logistique, armée par le 33e RIMa
1 structure médicale militaire déployée, armée par le centre médical interarmées (CMIA)
1 section de combat armée par le 33e RIMa pour armer 1 module d’intervention légère (MIL) et 2 équipes de reconnaissance et de renseignement (ERR)
1 section légère d’intervention du RSMA-M sous les ordres du 33e RIMa
4 véhicules légers tout-terrain P4, 1 véhicule tactique GBC 180, 4 camions de transport tactique TRM 2000

˃ 90 militaires des régiments du service militaire adapté de Martinique (RSMA-M) et de Guadeloupe (RSMA-G) sont engagés avec :
En Martinique :
1 officier de liaison au PCIA des FAA
1 section déblaiement et évacuation
1 section légère d’intervention
 En Guadeloupe :
1 poste de commandement, armé par le RSMA-G. Le chef de corps du RSMA-G aura le commandement tactique des moyens militaires déployés en Guadeloupe dont le 33e RIMa projeté
4 ERR
1 groupe d’ouverture d’itinéraire
A Saint-Martin :
1 section déblaiement et évacuation des RSMA
2 officiers de liaison des RSMA

˃ Plus de 80 militaires des FAG sont engagés avec :
2 avions de transport tactique CASA
1 hélicoptère PUMA
1 patrouilleur léger guyanais (PLG) La Confiance


Actions

Informations






Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus