Madame le ministre de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer monte à bord

16 03 2017

DSC_3120

Du 14 au 15 mars 2017, Madame Ségolène Royal,  ministre de l’Environnement, de l’Energie et  de la Mer s’est rendue en Martinique après un déplacement en Guadeloupe et une visite à venir en Guyane pour présider la conférence de la Convention de Carthagène de protection et de mise en valeur du milieu marin dans la région des Caraïbes.

A son arrivée le 14 mars 2017, la ministre de l’Environnement a inauguré la maison de la Mangrove à la forêt Vatable et signé la protection de 600 nouveaux hectares de mangroves. Elle a ensuite visité le chantier de construction d’une caserne de pompiers aux normes parasismiques, financée à 50% par l’État dans le cadre du plan séisme Antilles 2. Ce plan a pour objet d’assurer la meilleure sécurité possible aux résidents antillais. A cette occasion, une présentation du grand exercice EU RICHTER a été assurée par le service interministériel de défense et de protection civile (SIDPC) et l’État-major interministériel de la zone Antilles. Cet exercice grand format de simulation séisme et tsunami aura lieu du 21 au 25 mars en Martinique, Guadeloupe et Saint-Martin, avec la participation de toutes les unités des forces armées aux Antilles ainsi qu’un renfort des forces armées en Guyane. Mme la Ministre a félicité les services et institutions participant à la réalisation de l’exercice et souhaite d’ailleurs « transférer en France hexagonale ce savoir-faire en matière de prévention et de conduites à tenir face aux catastrophes naturelles, notamment climatiques ».

DSC_3128Le 15 mars 2017, la thématique maritime était à l’honneur. La journée de visite de la ministre a commencé par un embarquement à quai à bord de la frégate de surveillance Germinal de la Marine nationale.

Le vice-amiral Olivier Coupry, commandant les forces armées et commandant la zone maritime Antilles, a présenté à la ministre sa zone de responsabilité, les moyens de surveillance des différentes administrations dont il coordonne l’action en mer, sous l’autorité de Monsieur Fabrice Rigoulet-Roze – Préfet de la Martinique et délégué du gouvernement pour l’action de l’État en mer, ainsi que les missions de protection des espaces maritimes conduites par la Marine nationale et le Germinal notamment.

DSC_3216La direction de la mer s’est ensuite attachée à expliquer les orientations du plan régional de contrôle des pêches et de l’environnement, avant de céder la parole au CROSS Antilles-Guyane qui a présenté le dispositif REPCET (Réseau de Report des Positions de grands Cétacés entre navires commerciaux, balise installée sur les bateaux), mis en place depuis moins d’une semaine, qui permet d’éviter les collisions entre navires et les grands cétacés grâce à un système de report continu et direct.

DSC_3272Sur la plate-forme hélicoptère du Germinal, en présence de monsieur le Préfet, du CZM et du président du sanctuaire AGOA, madame la Ministre a également signé un arrêté préfectoral réglementant l’approche des cétacés en vue de leur protection lors de leur observation.

Madame la ministre s’est ensuite rendue à la Préfecture pour une réunion autour de la création du parc naturel marin de Martinique. Il s’agira du premier parc marin français des Antilles. La ministre a rappelé en chiffre les caractéristiques de ce territoire marin remarquable de Martinique : 47 espèces de coraux, 55 km2 de récifs coralliens, 350 km de plages, 5 espèces de tortues de mer avec 175 lieu de pontes répertoriés, plus de 100 espèces d’éponges de gorgones,  1055 marins-pêcheurs, 6ème port français pour les conteneurs, 380 000 croisiéristes annuels ou encore 106 sites de plongée.

Repère :

La  Marine nationale est un acteur incontournable de la sécurité climatique, de la protection de l’environnement marin et maritime. Elle entretient et développe, en effet, sa connaissance de la mer et des océans, y compris parce que cette contribution répond à un impératif essentiel de ses objectifs opérationnels.

Ses missions l’amènent à intervenir en prévention ou en réaction des conséquences du réchauffement climatique : secours aux populations après catastrophes naturelles, sauvegarde de la vie en mer, surveillance et intervention dans les écosystèmes menacés…

La Marine défend la mer et l’écosystème marin. Ses missions permanentes comprennent la prévention des accidents de mer, la lutte contre les pollutions maritimes ou encore la police des pêches. Des unités de la Marine sont ainsi spécialement dédiées à la prévention des accidents et à la lutte contre les pollutions en mer, comme les navires affrétés « Abeille » et le CEPPOL (centre d’expertises pratiques de lutte anti-pollution).

Aux Antilles, conformément aux missions de l’action del’État en mer et au plan Orsec (organisation de la réponse de sécurité civile) maritime, la Marine nationale a un rôle-clé dans la gestion de crise en cas de pollution en mer. La base navale de Fort-de-France entretient ainsi des équipements et un savoir-faire précieux pour la préservation de l’environnement dans la zone maritime Antilles. Elle dispose de moyens adaptés tels que le remorqueur portuaire côtier Maïto, deux pousseurs ou encore des zodiacs capables de mettre en œuvre des barrages flottants hauturiers, des moyens d’aspiration et de stockage des produits ou encore des dispersants.


Actions

Informations






Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus